Vous êtes ici

Accueil > Laïcité & faits religieux > Programmes scolaires > Cycle 2 (CP - CE)

Cycle 2 (CP - CE)



Sommaire

Les faits religieux ne sont jamais explicitement évoqués : il est question de laïcité, mais pas de religions. Les enseignements du cycle partent de ce qui est familier mais, par leur invitation à comparer d’autres systèmes, permettent de mobiliser les faits religieux.


Concernant le socle commun, le domaine 3 (la formation de la personne et du citoyen) insiste sur l’EMC et la laïcité. L’enseignement Questionner le monde n’est sollicité que sous l’angle des comportements responsables, du rôle du savoir et du raisonnement, et du respect des engagements.
Le domaine 4 (les systèmes naturels et les systèmes techniques) insiste lui aussi l’importance de la connaissance et du raisonnement. Les enseignements artistiques insistent sur la création par les élèves.
Le domaine 5 (les représentations du monde et l’activité humaine) permet aux élèves de découvrir la diversité des représentations dans le temps et l’espace, à travers des œuvres majeures du patrimoine et de la littérature jeunesse. Les faits religieux ne sont pas évoqués, mais peuvent être sollicités. De même, l’enseignement Questionner le monde doit permettre de comparer les modes de vie et d’utiliser l’enseignement des langues vivantes pour voir les différences culturelles. Sans qu’il soit question des faits religieux, mais on devine une entrée possible.

 

  • L’enseignement du français a pour objectif la maîtrise du langage oral et écrit. Sauf à croiser les enseignements, il n’y a pas de dimension culturelle qui pourrait mobiliser les faits religieux.
  • L’enseignement des langues vivantes insiste sur les approches culturelles et la formation civique. Elles permettent des découvrir les éléments culturels en contexte. Les 3 thématiques proposées (L’enfant, la classe, l’univers enfantin) ne comportent pas de référence directe aux faits religieux, mais certaines entrées peuvent impliquer des références aux faits religieux : le temps (grandes périodes de l’année et de la vie), les rituels, contes et légendes, grandes fêtes et coutumes. La découverte du patrimoine culturel ou l’invitation à appréhender les différences avec curiosité et respect peuvent être l’occasion, malgré le silence du programme, à introduire les faits religieux.
  • Les enseignements artistiques veulent développer la sensibilité et l’expression artistique des élèves. Les arts plastiques doivent développer le potentiel d’invention de l’élève. L’éducation musicale insiste sur l’écoute et l’expression. Les œuvres présentées aux élèves ne sont pas étudiées, mais permettent aux élèves d’exprimer leurs émotions. Néanmoins, la dimension représentation du monde, si on la croise avec d’autres enseignements, peut dépasser la simple représentation du monde par l’élève.


Questionner le monde est le premier contact de l’élève avec les sciences exactes et humaines. Il insiste sur la démarche scientifique et sa mise en œuvre pour comprendre le monde. Parmi les objectifs se trouve questionner l’espace et le temps. Il s’agit de comprendre les échelles géographiques et de se repérer dans le temps, y compris le temps long. Les élèves doivent aussi explorer les organisations du monde : évolution des modes de vie, représentations du monde. Ici aussi, les faits religieux peuvent faire une apparition, même s’ils ne sont pas cités.

 

VOIR AUSSI
Programme officiel du Cycle 2
Programme officiel du Cycle 2

bloc twitter

Publications



L'expression du religieux dans la sphère publique : comparaisons internationales
Textes réunis par Pascal COURTADE et Isabelle SAINT-MARTIN, avec la collaboration de Louis HOURMANT
Vifs dans l’actualité, les débats liés à l’expression du religieux dans la sphère publique sont revenus à diverses reprises dans la jurisprudence récente. Afin de mettre en perspective ces enjeux, un colloque international, tenu sous l’égide du ministère de l’Intérieur et du ministère des Affaires...

VISITER
VOIR TOUTES LES PUBLICATIONS


Théorie de l’évolution et religions
Sous la direction de Philippe PORTIER, Michel VEUILLE et Jean-Paul WILLAIME. Actes du colloque des 14 et 15 mai 2009 au Lycée Henri IV

 

Plus de 150 ans après la publication de L’Origine des espèces (1859) du biologiste anglais Charles Darwin (1809-1882), la théorie de l’évolution est toujours mise en cause aujourd’hui, tant en milieu chrétien que musulman, par des personnes considérant qu’elle est incompatible avec les...

VISITER
VOIR TOUTES LES PUBLICATIONS

RESSOURCES PÉDAGOGIQUES

CARNET IESR
TWITTER IESR