IESR - Institut européen en sciences des religions

[annuairemedias]: Généralités

[compte-rendu]: Compte-rendu d'ouvrageDIANTEILL Erwan et LÖWY Michael, Sociologies et religion. Approches dissidentes., Paris, PUF, collection Sociologie d’aujourd’hui, 2005, 188 p

[Compte rendu de Anne Perrin]

Biographie(s) :

Résumé

Cet ouvrage est le produit d’un séminaire tenu à l’EHESS. Il s’agit du tome II de Sociologies et religion (le tome I étant réservé aux « approches classiques » de la religion)  et il réunit des auteurs cherchant moins à analyser les effets de la sécularisation qu’à montrer la capacité des acteurs religieux à créer des formes sociales.

  • Ernest Troeltsch (1865-1923) est surtout intéressant pour sa typologie du christianisme (type Église1, type secte2 et type mystique3) qui vient enrichir celle de Max Weber.

  • Karl Mannheim (1890-1947) étudie le concept d’utopie (révolutionnaire) opposé à celui d’idéologie (conservatrice), et construit l’idéal-type de chiliasme.

  • Ernst Bloch (1885-1977), quant à lui, cherche à renouveler l’analyse marxiste de la religion en la rendant capable d’intégrer l’énergie contenue dans l’utopie religieuse révolutionnaire.

  • De l’œuvre du marxiste Antonio Gramsci (1891-1937), on peut retenir certains points de vue originaux : la vision de la religion comme utopie, l’autonomie de l’Église comme institution par rapport aux structures économiques, le clergé comme « intellectuel collectif », la réforme protestante comme paradigme historique, point de départ de l’histoire moderne aboutissant dans le marxisme.

  • Marcel Mauss (1872-1950) analyse le sacrifice comme un rite permettant de passer avec la victime du profane au sacré puis de revenir au profane. Il étudie la magie en tant que religion des dominés et la prière comme rite religieux à la fois individuel et social, pour parvenir enfin au « fait social total » dont l’exemple majeur est le don.

  • Zora Neale Huston (1891-1960) a poussé jusqu’à l’immersion méthodologique ses recherches sur sa propre culture, celle des noirs du sud des États-Unis : l’initiation dans le hoodoo (rites magiques vaudou de la Nouvelle Orléans) en 1928.

  • Roger Bastide (1898-1974), grand spécialiste des religions afro-brésiliennes, est l’auteur de  la distinction entre « religions en conserve » (celles qui ont su résister aux pressions du milieu ambiant et se sont fixées) et « religions vivantes » (qui continuent d’évoluer).

  • Les deux apports de Lucien Goldman (1913-1970) aux sciences des religions sont : « l’analyse du jansénisme et de sa vision tragique du monde comme expression de la situation existentielle d’une couche sociale déterminée, et l’hypothèse du pari – au sens pascalien du terme – comme matrice commune des croyances religieuses (chrétiennes) et utopiques (socialistes) » (p. 146).

  • Pierre Bourdieu (1930-2002) a construit une bonne partie de sa sociologie du pouvoir symbolique à travers l’étude de la religion. Celle-ci est considérée comme un exemple particulièrement frappant de ce pouvoir symbolique. Cependant, il la juge en perte d’influence et minore son importance en tant qu’objet d’étude en soi.

Points forts

  • L’ouvrage répond à Sociologie et religion. Approche classique de D. Hervieu-Léger et  J-P Willaime, avec un choix d’auteurs plus récents, « disciples hétérodoxes et infidèles des  ‘pères fondateurs’ » (p. 2).

  • Une bonne introduction à la lecture d’auteurs parfois peu connus en France.

  • Des approches très diverses et novatrices de la sociologie des religions.

Utilisation possible dans les programmes scolaires

Ouvrage de portée générale qui n’est pas directement utilisable dans les programmes scolaires.

AP

Notes

1  Selon Troeltsch : «  Institution préexistante à ses membres, qui prétend au monopole des voies du salut […] et dont la mission concerne l’ensemble des êtres humains et la globalité de leur existence sociale (p. 11) » 

2  Selon Troeltsch : « groupement volontaire de croyants, fondé sur la libre adhésion de ses membres, leur ascèse personnelle et leur piété subjective (p. 12) »

3  Selon Troeltsch : « expérience religieuse directe, collective ou individuelle, […] qui échappe aux rites et dogmes consacrés »

Référence du document

Recension : « DIANTEILL Erwan et LÖWY Michael, Sociologies et religion. Approches dissidentes., Paris, PUF, collection Sociologie d’aujourd’hui, 2005, 188 p », IESR - Institut européen en sciences des religions, mis à jour le : 15/07/2008, URL : http://www.iesr.ephe.sorbonne.fr/index4940.html